Alice Cooper

C’est la collaboration musicale de l’artiste la plus connue du grand public ces dernières années via le groupe Hollywood Vampires dont les membres fondateurs sont Alice Cooper (Chant), Johnny Depp et Joe Perry (guitares).
Les deux hommes se sont rencontrés sur le tournage de Dark Shadows en 2011, où Alice Cooper fait une apparition qui nous vaut cette réplique mythique :

 

Dark Shadows de Tim Burton (sorti en mai 2012)
 

Ils ont immédiatement parlé musique entre deux prises, Johnny se retrouvant invité à jouer sur scène avec le groupe de Cooper lors de concerts impromptus ou d’événements caritatifs.
Une affinité qui aboutit à la sortie du premier album d’Hollywood Vampires en 2015 suivi de deux tournées. On attend avec impatience la sortie d’un live et d’un nouvel album studio pour 2019.

Alice Cooper est le pionnier du shock rock, le premier à inventer un personnage maquillé et un spectacle théâtral dès la fin des années 60. Lui et ses musiciens cherchent à se démarquer des stars du rock de l’époque et réussissent à atteindre une nouvelle cible : une audience se reconnaissant dans ce côté étrange, fou et dangereux du personnage.

Cet alter ego, dont le nom évoque “une petite fille avec une sucette dans une main et un couteau de boucher dans l’autre” donne libre cours à l’imagination prolifique du chanteur, comparant sa création à Dr Jeckyll et Mr Hyde.
Une idée de génie qui n’a pas toujours été facile à gérer : il se laisse envahir par Alice en dehors de la scène, continue sa prestation à chacune de ses apparitions publiques au début des années 70 ce qui provoque la scission du groupe, les musiciens se sentant mis à l’écart.

L’artiste garde le nom en se lançant dans une carrière solo et poursuit son ascension parallèlement à sa plongée dans l’alcoolisme qui une fois vaincu est remplacé par une addiction à la cocaÏne. Sa femme Sheryl, démunie face à cet homme dont la santé s’est beaucoup dégradée, et voulant protéger leur fille en bas-âge pose un ultimatum au début des années 80 en le quittant et demandant le divorce. C’est le déclic qui permet à Alice de s’en sortir : après un dernier séjour en hôpital psychiatrique pour décrocher, le chanteur est sobre depuis 1983.

Son influence est visible encore aujourd’hui sur la scène rock que ce soit par les tenues et looks de groupes tels que Kiss, Twisted Sister, de shows mêlant rock et horreur comme Rob Zombie, sans parler de Marilyn Manson qui en plus du personnage immoral et du maquillage a aussi adopté un prénom féminin.

À 71 ans, toujours heureux avec son épouse, père de 3 enfants et grand-père, Alice Cooper continue sa carrière solo avec une énergie étonnante. Entre albums studio, tournées annuelles, association d’aide aux jeunes de sa région, concerts caritatifs, émission de radio hebdomadaire (A Night With Alice Cooper), l’homme n’a pas l’intention de s’arrêter et pense n’avoir pas encore écrit LA chanson de sa carrière.

Réputé pour être l’un des plus sympa avec qui travailler dans le milieu du rock, trouvant son équilibre dans sa foi chrétienne et sa pratique assidue du golf, il a aidé d’autres artistes dans leurs addictions comme Dave Mustaine (chanteur de Megadeth).

 

Au Lokeren festival, Belgique – photo personnelle (août 2017)
 

Pour découvrir sa musique, je vous conseille les albums Welcome To My Nightmare sorti en 1975 (premier album solo) et Billion Dollar Babies (1973). Vous plongerez dans ce mélange de thèmes horrifiques chers à l’artiste toujours parsemés d’une touche d’humour. Mes chansons favorites sont les tubes I’m Eighteen, School’s Out, No More Mister Nice Guy et Department of Youth. Si l’ambiance un peu rétro des enregistrements d’origine vous dérangent, passez directement à l’écoute d’un album live récent, le dernier sorti étant A Paranormal Evening at the Olympia Paris (2018) comportant essentiellement des grands hits, et vous aurez une idée de la qualité de ses shows actuels.

Amateurs de concerts rock, courez voir Alice Cooper sur scène. Je vous mets au défis de passer une mauvaise soirée en compagnie de ce showman qui continue à créer une ambiance digne des meilleures représentations du Rocky Horror Picture Show version hard rock, avec guillotine, chaise électrique, infirmière sadique interprétée par Sheryl Cooper. En plus de cette dimension visuelle, vous entendrez d’excellents musiciens. La formation actuelle composée de Glen Sobel (batteur), Chuck Garrick (bassiste), Ryan Roxie (guitare), Tommy Henriksen (guitare) et Nita Strauss (guitare) est incroyable en live.

De ses débuts, en lycéen passionné de dessin et admirateur de Salvador Dali, à aujourd’hui, septuagénaire continuant à incarner Alice Cooper, l’artiste a continuellement fait preuve d’autodérision avec un équilibre subtil d’imagerie terrifiante parsemée d’humour sans tomber dans le ridicule. Il décrit le personnage qu’il incarne depuis 50 ans comme « le tueur psychopathe en chacun de nous. Il est le meurtrier à la hache, il est l’enfant gâté, il est l’agresseur, il est maltraité ; il est le bourreau, il est la victime, il est le tireur d’élite, et il est le gars étendu mort au milieu de la rue ».

Un défouloir où la morale semble inexistante qui a raisonné auprès de son premier public en pleine époque hippie. Ses successeurs sont allés toujours plus loin dans la surenchère, mais comme il l’affirmait récemment : “Vous ne pouvez plus choquer le public aujourd’hui, ce qui passe sur CNN est plus choquant que tout ce que pourrait faire Marilyn Manson ou Alice Cooper”.

J’ai vraiment découvert sa musique et son univers il y a cinq ans environ, grâce à une amie fan qui m’a proposé de l’accompagner en concert. Il tourne tellement que j’arrive à le voir tous les ans et cet automne j’ai carrément pris l’option meet and greet. Surexcitée rien que d’y penser des mois à l’avance, je risque bien de ressembler à ça :

 

Wayne’s World de Penelope Spheeris (sorti en 1992)
 

Pour en apprendre un peu plus sur la genèse du groupe, regardez le documentaire Super Dupper Alice Cooper. Je ne pourrais pas vous parler des différents livres existants, vu que je ne les ai pas lu. Je me pencherais en priorité sur celui qu’il a co-écrit, et qui en plus de la musique aborde sa passion pour le golf : Alice Cooper, Golf Monster: A Rock ‘n’ Roller’s Life and 12 Steps to Becoming a Golf Addict by Alice Cooper.


De votre côté, est-ce que vous écoutez cet artiste ? Comment l’avez-vous découvert ? L’avez-vous déjà vu en concert ? Qu’est-ce qui vous plaît ou déplaît chez lui ?


N’hésitez pas à laisser un commentaire ⚡


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *